… quatre touristes de plus sur le pont!

 

Galerie Palatine , dans la résidence Médicis, le palais Pitti.

Après des heures passées dans le musée Uffizi, malgré la profusion et la qualité des oeuvres exposées, il y eu de la lassitude. Une infinité de tableaux d’art religieux (les flancs percés et têtes coupées,salles après salles, peuvent assombrir l’humeur, si,si… nous en fûmes les témoins!) et de clairs-obscurs ont eu raison de nos énergies. De plus, la salle des esquisses et des gravures  était FERMEE. Nous restions donc sur notre overdose du personnage Jésus et de vierges en majesté. 

Et pourtant, une douce et lumineuse mélancolie fut rendue possible par Signore BOTICELLI et l’expression retenue de ses personnages !!!! ( post à venir) ♥♥♥

Nous avions emporté, nos carnets de croquis mais la saison touristique n’appelait pas la flânerie “graphite & Papier” de nos imaginaires. Afin de pallier cette frustration, nous avons décidé de passer les deux heures qui nous séparaient de la fermeture de tous les musées de Firenze dans les salons de la Galerie du costume du palazzo pitti où la perspective d’une exposition sur la mode a tonifié nos composition.

Pour passer de l’Uffizi au palais Pitti, il  nous fallut courir sur le beau Ponte Vecchio et sa couverture d’estivants. Je vous en met quatre de plus mon joli pont!

Aussi élevées que furent nos intentions, nous étions, tout bien considéré, 4 touristes de plus sur LE pont, avec tous les stigmates qui s’y rattachent.

 

Ponte Vecchio

L’exposition retrace les grands mouvements stylistiques d’Italie, rassemblant des pièces exceptionnelles de prêt-à-porter et haute couture… Nous y avons vu de très belles robes (photos ci dessous) mais, je nous le donne en mille ! Tadammm, une panne d ‘électricité – non annoncée – nous prévenait de voir un bon 80 % de l’exposition.

Seule la plus jeune d’entre nous (Bravo) s’est accrochée par obstination ou pour la beauté du geste, au projet de dessiner dans le musée. Quand à moi, je pensais littéralement avec mes pieds. Solution de fortune: une bière fraiche et exorbitante comme tout pansement d’âme.

La condition de touriste est une experience totale, aucun échappatoire n’est possible, alors on se laisse aller au flot “humano-économicus”.

Pour autant, en plus d’avoir partagé le même temps, nous avons fait provision d’images mentales à diffusion prolongée et mesuré notre relative inculture historique. C’est fondamental!  –

donc à refaire si possible!  –  hors saison cette X –  pour pouvoir déambuler sur un pont.

 

    

 

 

 

“May be, may be not”

 

 

Dès que possible, on aime faire un tour au “Israel Museum”. Cette fois ci,  nous avons déambulé parmi les sculptures, les performances, les photographies et l’architecture de l’artistiquement “fort en gueule” et en communication, Ai WeiWei!

Il nous entraine à penser la déculturation, à réfléchir sur le capitalisme anarchique se développant en Chine et par extension ailleurs, sans respect de l’histoire ni de la culture.

 

“L’usage de matériaux nobles (jade, porcelaine, marbre, bois de huali, soie) rappelle que Weiwei n’est pas qu’un homme d’affaires devenu expert en communication, comme l’affirment ses détracteurs. Il demeure un architecte et artiste attaché à l’artisanat traditionnel de son pays, qu’il continue de faire vivre dans ses studios de Berlin (il y est exilé depuis deux ans avec sa compagne et son fils) et de Beijing (par ses employés). Il travaille avec les meilleurs artisans, se définissant lui-même comme un potentiel « pont entre passé et futur»”. Télérama

 

ai weiwei  at the israel museum:

Watch Behind the scene on Vimeo

“May be, May be not” (design boom presentation)

 

 

« L’animal qui ressemble à un Lama mais est vraiment un alpaga » – ??? – A creuser 🙂

Le papier peint du mur évoque l’incarcération : chaines de menottes et caméras de surveillance.

 

LEGO 

 

  

 

(Eng)(FR) Tryptique photographique en noir et blanc représentant l’artiste. Sur le premier panneau, il tient une urne vieille de plusieurs millénaires, issue de la dynastie chinoise des Han. Sur le deuxième il la lâche. Et sur le dernier, elle est brisée. Triple symbole : ce geste signifie à la fois le besoin de se libérer d’un passé devenu trop encombrant. Il fait aussi référence à deux épisodes de destruction massive du patrimoine culturel chinois : la Révolution culturelle de Mao Zedong (1966-68) et le virage néo-libéral de Deng Xiaoping qui, de retour sur la scène politique chinoise dans les années 90, incita les Chinois à s’enrichir. Quoi de plus étonnant aussi que de découvrir non loin, posé au milieu de pierres anciennes un smartphone en jade noir, roche semi-précieuse qui longtemps, symbolisa en Chine le pouvoir absolu de l’Empereur.

 La guerre des légos  (article –  vice new) La société danoise a expliqué avoir modifié sa politique afin d’éviter d’éventuels « malentendus » survenus d’une politique « pouvant paraître contradictoire. » Dorénavant, les clients « seront priés de préciser — s’ils désirent exposer leurs créations LEGO en public — que le groupe LEGO ne soutient ni n’approuve les projets concernés. »

 

UNFORGETTABLE SUNFLOWER SEEDS

 

(Engl)

 

(ENG) Article (great pictures of the seeds) in De Zeen

 

(FR)  graines de tournesol L’œuvre est constituée de plusieurs millions de représentations de graines de tournesol ; elle joue avec une métaphore célèbre de Mao Zedong où le peuple chinois devait se tourner vers lui comme les tournesols vers le soleil. Les graines de tournesol en porcelaine peintes à la main par 1 500 artisans et ouvriers de la ville de Jingdezhen (dont la porcelaine est historiquement l’activité économique principale et qui traverse une crise de l’emploi sans précédent) dont 13 tonnes sont disposées au sol, comme autant d’individus qui, rassemblés, incarnent l’humanité entière

 

 

Museum

A day in the museum!

(ENGLISH only …pardon my mistakes)

2015-04-22_1429701438

2015-04-22_1429711308

The building of the Shrine of the Book houses / the Dead Sea Scrolls/ consists of a white dome over a building located two-thirds below the ground. The dome is reflected in a pool of water that surrounds it. Across from the white dome is a black basalt wall. The colors and shapes of the building are based on the imagery of the Scroll of the War of the Sons of Light Against the Sons of Darkness, whereas the white dome symbolizes the Sons of Light and the black wall symbolizes the Sons of Darkness. The interior of the shrine was designed to depict the environment in which the scrolls were found.  The entire structure was designed to resemble a pot in which the scrolls were found. (wikipedia)

2015-04-22_1429702184

 The Model of Jerusalem in the Second Temple Period, reconstructs the topography and architectural character of the city as it was prior to its destruction by the Romans in 66 CE, and provides historical context to the Shrine’s presentation of the Dead Sea Scrolls… 

2015-04-22_1429708585

We came the day of the destruction of this amazing art installation!!! so we could not enter the bamboo Forest or  climb upward through it and view Jerusalem from above the Art Garden. however, just watching it was a delight!

“The concept of Big Bambú has nothing to do with bamboo; it represents the invisible architecture of life and living things“:  10,000 bamboo poles, 80,000 meters of climbing rope, 25 rock climbers, 7 weeks, 350 hours, and not a single architectural sketch. American artists Mike and Doug Starn were invited to use the Museum’s Art Garden to create Big Bambú – a 17-meter high installation built entirely of bamboo. The artists chose to name their Jerusalem installation 5,000 Arms to Hold You.

 Big Bambú grew and developed over time as a living organism, embodying the tension between order and chaos, and reflecting the constantly changing realities of nature, social constructs, and culture.

big Bambù
2015-04-22_1429708854

 Indiana’s iconic work “LOVE” (Ahava in Hebrew) was first created for a Christmas card for the Museum of Modern Art in 1964 and in 1973 was selected for a United States postage stamp, the first of their regular series of “Love” stamps. Sculptural versions of the image have been installed at numerous American and international locations. In 1977 he created a Hebrew version using Cor-ten steel for the Israel Museum (wikipedia).

2015-04-22_1429702391

2015-04-22_1429709985

2015-04-22_1429710199

2015-04-22_1429711809

The Billy Rose Art Garden features modern and abstract sculptures. It Looks like children like the realistic noses and hears better !

2015-04-22_1429711672

Love this Anish Kapoor sculpture, “Turning The World Upside Down”. Its  made of polished stainless steel, stands 5 meters high and reflects an inverted image of the museum and the surrounding hills, a likely reference to the city’s duality of celestial and earthly, holy and profane”

2015-04-22_1429716661

The installation of Inversion (2008), by American artist Roxy Paine – Rising 42-feet tall and hand-constructed out of over 7,000 metal plate, pipe, and rod stainless steel elements, Inversion was the first of Paine’s sculptures from his Dendroid series in which the dendritic form appears upside down, all of its weight resting on the smallest and finest limbs.

Paine has said of Inversion: “It could be read as being emblematic of, and a monument to, how much we have altered the natural world. It could also be read as a meditation on humanity’s need to distill every entity into its component parts and then restructure them.” Paine’s long interest in the juxtaposition of nature and industry has brought form to an extensive body of work.