Portrait en buste, pour l’équilibre !

 

 

Habille ton Doodle

Point commun: une couronne à porter.

Officielle,

décorative,

Fictive,

Plus le temps passe plus j’aime les portraits, les regarder, les faire, les imaginer: ceux griffonnés vite faits et ceux un peu plus aboutis, ceux en couleurs aplaties lisses des amis Adobe, ceux des musées qui m’épatent ou me glacent…etc.

Aujourd’hui, ”rendre les absents présents” n’a pas beaucoup d’intérêt. Un portrait de personnes inconnus permet de créer une vie entière sur une seule feuille. Bref, d’inventer une histoire.

J’aime cette fausse immobilité, j’aime quand dans l’expression d’un visage se concentre l’action  condensée, compressée d’une vie, d’un récit non officiel, non reconstruit.

Mes portraits sont souvent si pensifs, tellement en introspection qu’il en sont un peu tristes. Je voudrais changer cela mais je m en souviens toujours trop tard; lorsque la moue est fixée. Ainsi la reine a l’air de trouver sa couronne trop lourde. Elle préfèrerait être ailleurs. Ces faux portraits, sans codes ou portrait pas officiels du tout, en façon doodle, me détendent, restaurent un équilibre. Telle est mon expérience tout au moins.

Essaie de doodle:

J’ai scanné quelques pages du carnet. D’habitude, soit je les laisse noires et blanches, soit je rajoute  hâtivement une couleur digitale avant de les poser, sans trop de réflexion, sur ce Blog.

Ici, j’ai  essayé de changer les couleurs des lignes et mes habitudes de palette: un visage bleu, pourquoi pas?